Assurances - Arf trop rigolo des trucs comme ça ...

-        Vous me demandez si j'ai fait jouer l'assurance scolaire quand Pupuce a renversé la voisine, mais je vous rappelle que Pupuce n'est pas mon fils, mais mon teckel.

-        "Dans un virage à gravillons mon derrière a chassé dans une bouche de pompier"   et ben sa devait être joli

-        "J'étais bien à droite et en me croisant, l'adversaire qui prenait son virage complètement à gauche m'a heurté et maintenet il profite de ce que j'avais bu pour me donner tous les torts. Honnêtement est-ce qu'il vaut mieux être saoul à droite ou chauffard à gauche ? Il faut tout de même raisonner..."

-        Je vous serais obligé de m'adresser le courrier concernant mon accident à un de mes amis M.... car, pour la passagère blessée, ma femme n'est pas au courant, et il vaut mieux pas. Je compte sur votre compréhension pour ne pas deshonorer un honnete père de famille...   Adultère Adultère sa cause

-        J'ai signé le constat mais ça conte pas j'avais pas mes lunettes et j'ai rien vu de ce qui était dedans.

-        Si vous continuez à m'envoyer des lettres recommandées sous prétexte que je ne paie pas mes primes, je me verrai dans l'obligation de résilier tous mes contrats.

-        Je vous demanderais de ne tenir aucun compte du constat amiable. Vous comprendrez en effet que je fus brusquement pris d'une émotion subite : arrière défoncé, présence de la police, tout concourrait à ce que je mette des croix au hasard.   Comment sa ... la police fait ce genre de chose

-        En qualité de plus mauvais client de votre agence (neuf accrochages en un an), je vous demande d'avoir le plaisir de résilier mon assurance auto avant la date d'échéance.

-        J'ai touché une femme en arrière et moi j'ai perdu tout l'avant.

-        J'ai été victime d'un accident du travail alors que je faisais la sieste sous un pommier.

-        J'ai été blessé par une dent de rateau qui m'est tombée sur le pied. La dent était accompagnée du rateau.

-        L'accident est survenu alors que je changeait de fille.

-        Vous savez que mon taxi est transformé en corbillard et que je n'y transporte que des morts. Mes clients ne risquant plus rien, est-il bien nécessaire que vous me fassiez payer une prime pour le cas où ils seraient victimes d'un accident ?

-        Depuis ma chute, je ne peux plus me déplacer. Veuillez m'indiquer la marche à suivre.

-        Vous me dites que d'après le Code Civil, je suis responsable des bêtises de mes enfants. Si c'est vrai, les personnes qui ont écrit cela ne doivent pas avoir, comme moi, neuf enfants à surveiller.

-        Vous me demandez de renvoyer le certificat sur l'honneur mais je l'ai perdu depuis longtemps.   oh!!!!  madame enfin.......

-        Mon assureur m'avait téléphoné pour me dire qu'il m'envoyait un avenant. Le lendemain, j'ai reçu la visite d'un inspecteur de la compagnie, pas avenant du tout.

-        Lors du choc, j'ai subi ce que l'on nomme communément "le coup du Père François", provoquant une douleur au niveau du coup.

-        J'ai lu dans mon contrat auto que vous ne me rembourserez pas les réparations de ma voiture si j'ai causé un accident en état d'ivresse. Je suis prêt à payer ce qu'il faudra pour que vous supprimiez ce paragraphe.  Alcolo vas.....

-        Comme convenu avec mon voisin, je lui ai cassé le pied en l'aidant à casser  du bois.

-        Je n'avais pas vu la voiture arriver et quand je l'ai vu je n'ai plus rien vu.

-        Pour les blessures de: ma femme je vous envois ci join le certificat que j'ai pu arrivé à avoir par mon docteur. Je les met donc sous réserves en attendant que vous m'écrivié combien elles peuvent me rapporter environ.

-        Je débouchai d'un chemin à une vitesse à proximative de 100 et voilà que je heurte un arbre. L'arbre m'a injecté de ma voiture alors que la voiture a continué toute seule avec la jeune fille que j'étais sorti avec.  mais bien sûr et la marmotte.......

-        Je rentrai dans ma cariol sur la route de Gray. J'avais bu à cause de la chaleur deux blancs cassice à l'onseice. J'ai donc eu besoin de satisfaire une grande envie d'uriné. Jé arraité la voiture sur le baur de la route prais d'unta de pierres et de matériau, rapport aux travois eczécuté mintenant pour l'elaictricitai.

Jé commencé à uriné et en fesan ce besoin, jé en maniaire d'amuzement dirigai mon jai en zigue saque à l'entours.

Alors mon jai à rencontrai un bou de fille électrique qui était par terre au lieu d'être accroché au poto.

Une grosse éteincelle a soté sur moi et un grand coup m'a raipondu dans le fondement et des les partis que lotre médecin y appelletête y cul. Je me suis évanouillé et quand je sui revenu dans ma connaissance, jé vu que ma chemise et pantalon été tout brulé à la braguette.

Je sui assuré par votre maison et je voufrai être un demnisé. Jé droit à ce con m'a dit et je vous demande votre opinion. Mais dommage son de 93 francs o plus juste. Depuis le sinistre, jé les burnes toutes noires et ratatinés. Ma verge est tuméfié, gonflé et violacé. Le médecin a dit devant du monde qui peut répété :

"avec les faits nomaines électrics, on ne sait jamais."

Au jour d'ojourd'hui,  je ne peux plus m'en servir que seulement pour uriné, mais pour le reste, à seul fin de remplir mes devois conjugo avec ma femme qui a le sang chot, il n'y fot plus compter.

Je fait des réserves dessus.

Vous ne plkaident pour ça qui ferai du tort à votre maison d'aasurance.

A vous lire, je vous salue empressément.

 

                                                  Monsieur X.  Agriculteur.    celle là elle est évidente - non ?

-        C'est trop facile de dire qu'il n'y a pas de preuve : vous n'avez qu'à en constituer, je vous paye pour cela.

Je peut pas vous envoyer la facture acquittée pour la réparation de ma Renault parce que la voiture personne y peut plus y toucher sous peine que ça ne tienne pas. J'en ai fait illusion à l'expert qui l'a aussitôt réduite en épave.

-        "Je ne vois pas pourquoi je suis amputé de toute responsabilité, puisque l'autre ne savait pas conduire non plus."

-        Je vous écris comme suite à votre lettre qui m'est survenu hier, consistant mon accident. Vous dites que je suis responsable pour la priorité, mais j'ai lu des lois et voilà ce qui en dérive :

"Quand il y a un croisement entre deux routes dont l'une ne traverse pas l'autre, celle qui est la plus petite doit s'arrêter la première." Donc il n'y a pas de prorité qui tienne. C'est la loi qui est la plus forte. Vous seriez bien aimable de réviser vos conclusions pour me remettre dans mon bon droit lequel je me trouve déjà par ailleur.

-        Il me semble que ma petite affaire va bouger au printemps, ce dont je serais heureux.   il a un tout petit kiki ou quoi ????

-        En avançant, j'ai cassé le feu arrière de la voiture qui me précédait. J'ai donc reculé, mais en reculant j'ai cabossé le pare-chocs de la voiture qui me suivait.

C'est alors que je suis sorti pour remplir les constats, mais en sortant j'ai renversé un cycliste avec ma portière. C'est tout ce que j'ai à déclarer aujourd'hui.

-        Il faut dire à ma décharge que le poteau que j'ai buté était caché par l'invisibilité du brouillard.

-        ...Ma voiture génant la circulation, un portugais m'a aidé à la mettre sur le trottoir, ainsi que ma femme qui rentrait de son travail.

-        Je désire que ma voiture soit utilisable accidentellement par mes enfants majeurs considérés comme novices.

-        J'ai heurté une voiture en stationnement et me suis bien gardé de me faire connaitre auprès de l'automobiliste. J'espère que vous serez content et que vous pourrez faire un petit geste en m'accordant un bonus supplémentaire.

-        J'ai mis mon clignotant à gauche pour indiquer que je ne virai pas à droite.

-        Circonstances de l'accident : est passé à travers une porte vitrée lors de l'opération "portes ouvertes" de l'entreprise.

-        J'ai tapé un trottoir en glissant sur une plaque de verglas et j'ai cassé ma gente et mon bras gauche.

-        Vous me dites que Mlle X réclame des dommages-intérêts sous prétexte qu'elle a été légèrement défigurée après l'accident. Sans être mauvaise langue, il faut bien avouer que, même avant l'accident, cette malheureuse n'avait jamais éveillé la jalousie de nos concitoyennes.

-        Malgré ma fracture au poignet, j'ai pris mon courage à deux mains.

-        Si j'ai reconnu ma responsabilité sur le champs, c'est que ce monsieur doit mesurer dans les 2 mètres et peser 100 kg. Je n'avais donc aucune chance de lui faire entendre raison malgré mon évidente supériorité intellectuelle.

-        Je ne suis pas responsable du refus de priorité puisque je n'avais pas vu venir la voiture, vous pensez bien que si je l'avais vue je m'aurais arrêté.

-        Depuis son accident, ma femme est encore pire qu'avant. J'espère que vous en tiendrez conte.

-        Il m'ont trouvé 2,10 grammes d'alcool dans le sang et ils vont me condamner. Sur 6 à 8 litres de sang qu'on a dans le corps vous avouerez que c'est pas tellement (personnellement, j'aurais cru que j'en aurais plus) .

-        A votre avis, est-il préférable d'acheter un chien méchant qui risquera de mordre les gens mais protègera la maison contre les voleurs ou de garder mon vieux toutou. Je vous pose la question parce que de toutes façon c'est vous paierez les pots cassés, soit en indemnisant les blessés, soit en remboursant les objets volés.

-        Vous n'allez pas me faire chier avec votre connerie de fric. J'ai envoyé une lettre recommandée pour annuler mon contrat.

P.S. : Le signe de croix du capitaliste : Au nom du pèze, du fric et du saint-bénéfice, ramène.

-        Je vous renvoie se papieds avec lequel on peu se torcher le quu car je vous avet envoulier une lettre recommander il y a longtemps et jai plut la voiture non plut et je informe que mon règlement vous sera fait à Niort avec du 6 x 35 à répaitision car vous êtes une bande de ganstaire et je vais vous maitre entolle.

Recevez monsieur mes condoléances.

-        Je ne suis pas du tout d'accord sur le montant que vous m'allouez pour les bijoux. Ca ne représente même pas la somme des deux choses de mon fils, dont je vous ai envoyé les photos.

-        Je vous fait remarquer que ce croisement est très dangereux vu qu'il y a deux routes qui se coupent juste à cette place là.

-        L'eau a traversé le plafond de cette dame qui attendait un enfant d'un moment à l'autre, ce qui n'a pas arrangé les choses.

-        J'ai heurté brutalement l'arrière de la voiture qui me précédait. Mais grâce à mon casque, ma blessure au poignet est sans gravité.

-        Chacun des conducteurs conduisait sa voiture.

-        Vous m'écrivez que le vol n'existe pas entre époux. On voit bien que vous ne connaissez pas ma femme.

-        Le camion s'est sauvé précipitemment sans montrer ses papiers.

-        Je suis étonné que vous me refusiez de payer cet accident sous prétexte que je ne portais pas mes lunettes comme indiqué sur mon permis. Je vous assure que ce n'est pas ma faute si j'ai renversé ce cycliste : je ne l'avais pas vu.

-        Je vous témoigne mon grand mécontentement vous métés tellement de temps à me rembourser mes accidents que c'est toujours avec celui d'avant que je paye les dégâts de celui d'après, alors n'est-ce pas que ça n'est pas sérieux de votre part.

-        Le cycliste zigzaguait sur la route, tantôt à gauche, tantôt à droite, avant que je puisse le télescoper.

-        Le camion continua sa marche lugubre pour aller se jeter dans le ravin.

-        Ne pouvant plus travailler à la suite de mon accident, j'ai du vendre mon commerce et devenir fonctionnaire.

-        Je vous adresse comme convenu mon constat amiable. Pour être sûr de ne rien oublier, j'ai fait des croix dans toutes les cases.

-        Nous avons bien rédigé le constat, mais pas à l'amiable du tout ...

-        Par la présente, je vous signale que mon fils a cassé un carreau de la fenêtre de l'un de nos voisins, Mr X. Celui-ci habite au même étage que nous mais juste au-dessus.   oui oui je comprends bien.....

-        C'est vrai il allait très vite quand il a heurté la voiture de Mr X. Je suis prête à témoigner en faveur de ce monsieur qui est justement le patron de mon mari. Vous voyez que je ne suis pas rancunière.

-        Je conduisais depuis 40 ans lorsque je me suis endormi au volant.

-        En repoussant un chien tenu en laisse par son maître, je me suis fait mordre par ce dernier.

-        Puisque vous me demandez un témoignage précis, je vous dirai qu'à mon avis c'est le monsieur qui a tort, puisque la dame a raison.

 

 

 

 



31/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres